Après les rencontres du Foin levé : Poursuivons ensemble la réflexion autour de la transmission des fermes

Du 26 février au 1 er mars 2015, une centaine de personnes ont participé à un week-end de rencontres autour de la question de la transmission des fermes, préparé au sein du réseau Reclaim the Fields, à L'ile, un lieu associatif dans le Lauragais (Aude).

L'idée de cette rencontre, nommée « le foin levé », est née du constat des difficultés d'une part pour les paysan.e.s à transmettre des fermes aujourd'hui et des difficultés, d'autre part, à trouver des terres et des fermes à reprendre pour des groupes qui souhaitent changer les pratiques agricoles et les relations sociales au sein des fermes et du milieu rural. Nous faisons partie de ces personnes, et nous pensons que la question du devenir des fermes travaillées par des agriculteur.trice.s qui atteignent l'âge de la retraite est un enjeu important de l'évolution des modèles agricoles (agrandissement ou diversification, ....). Pour répondre à ces questions, nous avons souhaité lancer avec ce week-end une réflexion globale autour des transmissions de fermes.

Quatre jours de rencontres n'ont pas été de trop : parti.e.s d'un travail de réflexion globale autour de la ferme collective idéale, pour y intégrer progressivement les différentes contraintes qui se posent à nous dans la société actuelle, notamment concernant les statuts agricoles, la normalisation de l'activité et les cadres juridiques sur l'habitat léger et les terres incultes, nous en sommes arrivé.e.s à plusieurs constats et pistes de réflexions.

Puisque le schéma de transmission des fermes au sein de la famille s'est déjà essoufflé, puisque nous sommes nombreux-ses à vouloir cultiver autrement : malgré le travail que cela demande, il est aujourd'hui nécessaire de repenser la transmission des fermes si l'on veut enrayer la machine de l'agrandissement des fermes existantes et de l'industrialisation de l'agriculture au détriment de la petite paysannerie.

Le schéma de propriété privée telle qu'il est proposé presque systématiquement ne nous convient pas. Nous pensons que la terre est un bien commun, l'alimentation une nécessité première de tous.tes. Nous souhaitons donc repenser la propriété et l'usage collectif des terres agricoles et des fermes, afin de sortir des logiques imposées par le système capitaliste.

Nous savons et avons pu expérimenter pour certain.e.s d'entre nous le fait que la transmission d'une ferme est un processus complexe et qui se déroule sur un temps long, qui demande travail, communication et compromis aussi bien de la part des preneureuses que des cédant.e.s. Différents aspects de ces transmissions ont été longuement abordé durant les rencontres : l'habitat, le rapport à un héritage qu'il est difficile de voir évoluer, la question des revenus de retraite pour les paysan.ne.s et à la difficulté de l'achat pour les jeunes preneureuses.

C'est pour cela qu'il nous faut créer des espaces et des formes de rencontres entre cédant.e.s et preneureuses, afin que la « transmisition » commence. Ce terme, mêlant transmission et transition nous a parut pertinent pour décrire le processus de cession de ferme hors cadre familial ou agricole « classique », pour mettre l'accent sur le fait que la transmission est un moment clef pour changer de modèle agricole, social et économique.

Cette rencontre, la première du genre au sein de notre réseau, avait ses failles, ses faiblesses, et nous a laissé une soif de continuer la réflexion et les avancées. Nous déplorons entre autre le fait de n'avoir pas réussi à mobiliser beaucoup de cédant.e.s, ce qui nous a parfois limité dans nos réflexions. En tant que preneureuses, nous savons bien mieux ce que nous voulons aujourd'hui, et ne demandons qu'à confronter cela aux besoins et aspirations des paysan-ne-s souhaitant une transmisition de leur ferme.

Ceci est donc un appel aux paysan.ne.s, aux réseaux de la petite paysannerie et, au-delà, du monde agricole à à se rencontrer pour créer des outils pour enrayer la disparition de tant de petites fermes, et pour permettre une réinvention collective de l'activité paysan.ne.

Fichier attachéTaille
2015_06_13_communique_foin_leve90.12 Ko