Décisions prises en assemblée le 4 octobre

Notes prises le dimanche 4 octobre 2009 lors de la plénière – campement Reclaim the Fields – Ferme « le maquis », Minerve, France

 

Ceci n’est pas un compte-rendu des différents ateliers qui ont eu lieu lors du campement mais quelques pistes de discussions et d’actions à mener dans le futur. Différents groupes se sont rapidement retrouvés pour faire des propositions pour la suite du camp. Chaque proposition évoquée a reçu l’approbation de tous ou d’une partie de l’assemblée prête à s’engager pour sa réalisation.

 

Propositions pour le futur du mouvement :

 

  1. Prochain camp + prochaines actions communes :
    1. organiser un nouveau camp en 2010 (les camarades hongrois se donnent 2 mois pour nous dire s’il est réaliste de l’organiser chez eux)
    2. actions communes et décentralisées sur l’accès à la terre le 17 avril 2010
  2. Réseaux locaux :
    1. créer des groupes de travail informels au niveau local, ces groupes sont autonomes
    2. relayer le camp 2009 au niveau local
    3. créer des listes mails pour les groupes locaux
  3. Web :
    1. améliorer, faire vivre le site RTF déjà existant
    2. créer une liste de diffusion avec les adresses mail regroupées lors du camp
    3.  agenda, « bourse aux projets »
  4. Occupation de terres :
    1. s’informer sur les mouvements d’occupation de terre passés et présents avant d’occuper des terres
    2. référencer les projets collectifs ou les paysans qui cherchent des gens
    3. référencer les terres abandonnées
    4. référencer les outils/moyens d’acheter des terres

Þ créer un groupe de travail sur ces thèmes

Þ créer un groupe de squatteurs de terre (par exemple 1 jour de squat partout en Europe).

  1. Politique : trop vaste, pas de proposition mais un rappel pour qu’on en parle à nouveau
    1. formation technique et politique pour les jeunes
    2. comment mettre en valeur les initiatives collectives
    3. thème de l’accès à la terre à préciser

Þ réflexion à mener en réfléchissant aux valeurs qui nous rassemblent (convivialité, anticapitalisme, etc.), réflexion à mener lors d’une prochaine rencontre

  1. Agriculture urbaine : il ne s’agit pas de créer des groupes de solidarité dans les villes qui achètent des « paniers paysans » mais de participer à augmenter le nombre de paysans en Europe.
    1. Groupes locaux à sensibiliser : éducation populaire sur le jardinage urbain pour contribuer à l’autonomie alimentaire
    2. Inviter d’autres mouvements sociaux à participer au prochain camp
    3. Sensibiliser le grand public urbain : valoriser le métier de paysan, encourager à devenir paysan
    4. parler du foncier

Þ moyens : jardins familiaux/populaires, manifestations, distribution de semences, créer une université populaire, etc.

  1. Education : continuer à mettre en place le réseau de fermes pour la formation politique et technique des jeunes en Europe en agriculture.
  2. Travailler avec les pouvoirs publics : ça peut être utile.

 

Autres informations : le groupe qui a organisé le camp se réunira fin novembre ou début décembre pour un débriefing et organisera une rencontre en janvier qui sera ouverte au plus grand nombre afin de faire vivre le mouvement naissant (préciser les propositions faites lors du camp, organiser le mouvement, la communication entre les groupes, les actions communes, etc.).